Télénantes entre dans la dimension de web 2.0

Comme beaucoup de chaînes de télévisions locales, Télénantes possède son site Internet qui permet aujourd’hui de trouver, hors antenne, des informations sur les programmes et la chaîne. La fréquentation du site reste modeste avec 5000 visites uniques par mois et 30 000 pages vues. Mais ce n’est qu’une ébauche car la direction de Télénantes a décidé de développer ce média pour en faire un nouvel outil de communication, autrement dit un vrai média secondaire auxiliaire de l’antenne. « Le calendrier est fixé au deuxième trimestre 2007, précise le directeur d’antenne, Julien Kostreche. Avec l’arrivée du web 2, la vidéo sur Internet est bel et bien partie, on va vraiment pouvoir développer la VOD. Ce développement fait d’ailleurs intégralement partie du projet de Télénantes dès le départ. »

Gratuit ou payant ?
YouTube a généralisé l’accès en streaming des séquences vidéos. Le principe est acquis : les Internautes savent bien désormais comment accéder aux images sur le net. « Tous les sites qui donnent des outils participatifs marchent très fort, renchérit Julien Kostreche. » Pour lui, pas de doute, il faut entrer sans tarder dans l’ère « web 2 » et en exploiter toutes les possibilités techniques afin de proposer des contenus. Ainsi, par exemple, Télénantes pourrait s’associer à la web TV, Oasis TV qui propose des conférences du CNAM (Conservatoire National des Arts et Métiers). « Des partenariats sont à trouver avec les institutions et les universités, estime le directeur des programmes de Télénantes. Notre ambition est de pouvoir proposer en VOD tous nos programmes mais d’y ajouter aussi, pourquoi pas, des programmes de type éducatif ou autre. » Reste à trouver aussi pour ce nouveau mode de diffusion un nouveau modèle économique. Car, si le principe de la gratuité est acquis pour le streaming, il n’en est pas de même pour la VOD, surtout lorsqu’il s’agit de télécharger des programmes de 52 minutes ou plus. « On pourrait imaginer, ajoute Julien Kostreche, que sont accessibles gratuitement les programmes encore à l’antenne, l’accès payant étant réservé aux archives. La VOD offre des perspectives nouvelles à tous ceux qui sont aujourd’hui confrontés à des demandes fréquentes de copies d’émissions, la VOD permet d’y répondre. Mais il ne faut pas oublier que le coût de diffusion sur le web dépend de la puissance de la bande passante que l’on doit choisir en fonction de la fréquentation du site. Ce qui est difficile à évaluer au départ. »

Etre accessible à la demande
Les télévisions locales comme les télévisions nationales ont tout à gagner à cumuler ainsi les modes de diffusion. Arte, chaîne du service public, l’a bien compris puisqu’elle capte ainsi, grâce au net, un public qui généralement la boude : les 18/35 ans. Pour une chaîne comme Télénantes qui fonctionne en canal partagé, l’ouverture du net 7 jours sur 7, 24h sur 24 est un autre atout : il permet d’attirer aussi des téléspectateurs qui ne sont pas forcément devant leur poste au moment de la diffusion à l’antenne mais qui veulent pourtant accéder aux programmes et aux informations de Télénantes. C’est l’idée, aujourd’hui généralisée, grâce notamment à l’Adsl et la Free-box, d’une télévision « à la demande ». « Ce nouveau mode de consommation de la télévision prend incontestablement de , estime le directeur d’antenne de Télénantes. Il y aussi toute la dimension participative qui se développe avec les forums et les blogs et d’autres moyens comme les tags qui permettent de personnaliser la grille en ligne. On aimerait aussi mettre en place un portail où l’on pourrait retrouver des vidéos sur Nantes. »

Share 'Télénantes entre dans la dimension de web 2.0' on Delicious Share 'Télénantes entre dans la dimension de web 2.0' on Digg Share 'Télénantes entre dans la dimension de web 2.0' on Facebook Share 'Télénantes entre dans la dimension de web 2.0' on Twitter Share 'Télénantes entre dans la dimension de web 2.0' on Email Imprimer cette page Imprimer cette page